Intérêt d’un CSE signataire de l’accord de participation

Focus RH et obligations légales

Chaque semaine, retrouvez un article de notre partenaire, le Cabinet Capstan Avocats, dédié aux obligations et réglementations en entreprise.

Le CSE signataire d’un accord de participation n’est pas recevable à invoquer, par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord

Le CSE peut être cosignataire de l’accord mettant en place la participation

Les entreprises employant habituellement au moins cinquante salariés garantissent le droit de leurs salariés à participer aux résultats de l’entreprise.

L’article L. 3322-6 du Code du travail dispose que les accords de participation sont conclus selon l’une des modalités suivantes :

  • Par convention ou accord collectif de travail ;
  • Par accord entre l’employeur et les représentants d’organisations syndicales représentatives dans l’entreprise ;
  • Par accord conclu au sein du comité d’entreprise ;
  • À la suite de la ratification, à la majorité des deux tiers du personnel, d’un projet de contrat proposé par l’employeur. S’il existe dans l’entreprise une ou plusieurs organisations syndicales représentatives ou un comité d’entreprise, la ratification est demandée conjointement par l’employeur et une ou plusieurs de ces organisations ou ce comité.

Aux termes de l’article L.2262-14 du même Code, toute action en nullité de tout ou partie d’une convention ou d’un accord collectif doit, à peine d’irrecevabilité, être engagée dans un délai de deux mois à compter :

  • De la notification de l’accord d’entreprise prévue à l’article L. 2231-5, pour les organisations disposant d’une section syndicale dans l’entreprise ;
  • De la publication de l’accord prévue à l’article L. 2231-5-1 dans tous les autres cas.

En parallèle de l’action en nullité de tout ou partie d’une convention ou d’un accord collectif qui s’exerce dans un délai de deux mois (article L. 2262-14 précité), il est possible de contester, sans condition de délai, par la voie de l’exception, l’illégalité d’une stipulation conventionnelle à l’occasion d’un litige individuel la mettant en œuvre.

Le Conseil constitutionnel l’a admis à l’égard des salariés (Cons. const., 21 mars 2018, nº 2018-761 DC).

La Chambre sociale de la Cour de cassation a également admis la possibilité pour le CSE, non signataire, de soulever l’exception d’illégalité d’un accord, et ce, sans condition de délai dans un arrêt du 2 mars 2022 (Cass, 2 mars 2022, n°20-16002).

 

Qu’en est-il lorsque le CSE intervient en qualité de signataire d’un tel accord de participation ?

La Chambre sociale apporte une réponse claire dans un arrêt du 19 octobre 2022. En l’espèce, un accord de participation avait été conclu entre une société et le comité d’entreprise (aujourd’hui CSE) en 2013. Le comité avait fait procéder à un audit des comptes pour 2015 par un cabinet spécialisé suite au constat d’une baisse progressive du montant global de la réserve spéciale de participation

Dans son rapport remis le 19 mai 2016, en se fondant sur la détermination des capitaux propres à prendre en compte, le cabinet mandaté avait conclu que le montant de la réserve spéciale de participation aboutissait à un montant inférieur à celui devant résulter de la formule légale.

Le CE, par acte du 28 mai 2018, a fait assigner l’employeur devant le Tribunal de grande instance afin d’obtenir le versement d’un complément de la réserve spéciale de participation pour les exercices 2014/2015.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi, en précisant que le CSE, signataire d’un accord de participation, n’est pas recevable à invoquer par voie d’exception, l’illégalité d’une clause de cet accord.

Autrement dit, le CSE signataire d’un tel accord ne peut le contester que par la voie classique de l’action en nullité, ce qui suppose d’agir dans le délai strictement prévu par la loi.

Il ressort de la lecture de cet arrêt que l’article L. 2262-14 du Code du travail encadre l’action en nullité exercée à l’encontre d’un accord collectif, et prévoit que celle-ci doit, sauf exception, être engagée dans un délai de deux mois à compter de la notification de l’accord d’entreprise pour les organisations disposant d’une section syndicale dans l’entreprise ou de la publication de l’accord sur une base de données nationale.

Il semble donc que la qualité de signataire soit un obstacle à une contestation ultérieure d’un accord par la voie de l’exception d’illégalité.

Cass, Soc, 19 octobre 2022, n°21-15270

Articles similaires

Actualité sociale du 2 décembre 2022

Un nouveau projet de loi concernant les relations de travail a été déposé ! ; Le temps de trajet d’un salarié itinérant domicile – 1er client, puis dernier client – domicile peut constituer du travail effectif ; La nullité du PSE ne permet aux salariés ayant accepté la modification de leur contrat demander la nullité dudit contrat ; Pendant le congé sans solde indemnisé au titre du CET l’employeur n’a pas à payer les rémunérations relatives aux jours fériés ; Le salarié protégé licencié après son transfert peut invoquer devant le juge judiciaire l’existence d’une fraude aux dispositions de l’article L. 1224-1 du Code du travail… Retrouvez toute l’Actu Sociale de la semaine !

lire plus

Actualité sociale du 25 novembre 2022

Transfert d’un salarié protégé : la suspension de son contrat de travail n’y fait pas obstacle ! ; Refus de CDI privant le salarié de droit à l’assurance chômage après échéance du terme d’un CDD ; Homologation d’un PSE : les éléments contrôlés par l’administration quant à la consultation préalable du CSE ; Abandon volontaire de poste valant comme nouvelle présomption de démission ; Électorat aux élections professionnelles : exclusion par la jurisprudence des salariés assimilés au chef d’entreprise ; Le CDI « multi remplacements » : une nouvelle création de la loi Avenir… Retrouvez toute l’Actu Sociale de la semaine !

lire plus

Actualité sociale du 18 novembre 2022

Retour sur le barème Macron : le regard du juge prud’homal ; Écarts de représentation F/H ; Actualité URSSAF concernant les frais professionnels : augmentation des limites d’exonération des remboursements de repas au 01/09 ; Astreintes : attention à une possible requalification en raison des contraintes imposées au salarié ; Demande de retrait/inopposabilité d’une note de service visant à l’organisation de la mission de service public d’un EPIC : compétence du juge administratif ; Impossibilité de priver un syndicat du droit de désigner un DS au niveau d’un établissement… Retrouvez toute l’Actu Sociale de la semaine !

lire plus

Restez informé(e) des dernières actualités

Toute l’actualité sociale !

Recevez chaque semaine la synthèse de l’actualité sociale résumée par nos experts en droit social