Le taux de survie

comprendre et savoir calculer son taux de survie

Un indicateur essentiel pour s’assurer de la pertinence de ses recrutements

Contactez-nous
Le calcul du taux de survie

(Nombre de personnes présentes 12 mois après l’embauche/Nombre d’embauches) x 100

Qu’est-ce que le Taux de survie ?

Suivre son taux de survie permet d’analyser la qualité des recrutements et d’identifier les potentiels dysfonctionnements organisationnels
Ce ratio se calcule sur une période d’un an. Les embauches à prendre en compte sont celles en CDI.

L’analyse du taux de survie permet d’estimer la qualité des recrutements ainsi que d’identifier les postes ou les départements de l’entreprise où le recrutement est problématique.
Un taux de survie faible inférieur ou égal à 50 % signifie que 50% du personnel recruté en CDI dans l’année ne fait déjà plus parti des effectifs en moins de 12 mois.

de l'importance du taux de survie en entreprise
Calcul des indicateurs QuickMS

De l’importance de l’analyse de son taux de survie

Il est important de prendre en compte ce résultat et de l’analyser. Quelles sont les raisons expliquant un taux de survie faible ?

  • Un problème organisationnel : le poste défini, les compétences nécessaires sont sur qualifiées ou sous qualifiées par rapport aux réels besoins du poste.
  • Un problème lié au « management » des équipes.
  • La qualité même du recrutement : les conseils ou choix portés sur les candidats n’étaient pas adaptés.

Pour autant un taux de survie supérieur à 80%, qui signifie que 80% du personnel recruté en CDI dans l’année fait toujours parti des effectifs, est à valoriser.
En effet, il permet de reconnaitre la qualité des recrutements et la performance organisationnelle de l’entreprise.

    Quelques chiffres

    Une entreprise en moyenne estime à plus d’un an, la pérennisation d’un recrutement.
    Plus d’un recrutement sur 10 en CDI se termine avant la période d’essai, pour la plupart à l’initiative de l’employé.
    Il est important de rappeler qu’un mauvais recrutement coûte :

    • les coûts directs : entre 50000 et 100000 euros à l’employeur correspondant aux salaires versés durant la période d’essai du salarié.
    • les coûts indirects : complexes à quantifier et à estimer mais ils sont imputés au temps passé au recrutement du salarié, au temps passé au recrutement de celui qui le remplacera, la démotivation des équipes concernées par ce recrutement, le retard sur les projets.
    Perdu dans l'immensité

    Avec QuickMS, suivez votre taux de survie en quelques clics et consultez son évolution mois par mois.
    QuickMS est la solution idéale pour obtenir facilement des tableaux de bord et des rapports avec l’aide de notre bibliothèque de plus de 300 indicateurs RH.

    Essai Gratuit